Il pleut, il pleut bergère…

Cette comptine enfantine et désuète s’est imposée à nous depuis quelques jours dans le paysage roussillonnais.

Bien que cela soit peu fréquent et, il faut bien le dire, un peu démoralisant pour les autochtones et les personnes qui viennent nous rendre visite,  cette pluie est bénéfique et était attendue avec impatience par le vigneron.

Après un hiver clément et sec, cette eau va permettre à la terre de faire quelques réserves nécessaires en prévision d’un été chaud et aride, emblématique du climat méditerranéen, et à la vigne de pousser rapidement nous laissant espérer une récolte de belle facture.

Sans compter que cela arrose les plantations fraîchement réalisées qui vont vous permettre de découvrir de nouvelles cuvées d’ici quelques petites années.

Mais chut, sous l’effet conjugué de la ritournelle et de la douce musique des cieux, le rêveur s’est endormi…

Partager cet article

Vous aimerez également