Llevan de taula

C’est la fête à Tautavel.

Mais une fête d’aujourd’hui avec grande scène, projecteurs aveuglants, orchestre professionnel accompagné d’une sono surdimensionnée que l’on doit entendre jusqu’à la source du Verdouble.

Pourtant, ce midi, quelle joie de voir débarquer au caveau les jeunes du comité des fêtes pour le traditionnel « llevan de taula ». Que se cache-t-il derrière cette expression catalane ?

Si je remonte au temps de mon enfance j’ai le souvenir de groupes de jeunes gens accompagnés par les musiciens qui animaient le bal des cuisinières, ainsi nommé parce que se déroulant avant midi, passant de porte en porte et proposant, contre quelques pièces, de jouer la chanson désirée par le généreux donateur. Le répertoire, éclectique en diable, passait allègrement et sans transition aucune de Tino Rossi à l’Internationale et s’égrenait au fil des rues tortueuses de la commune. La somme recueillie servant à payer l’orchestre qui ferait danser la population endimanchée jusqu’aux premiers lueurs de l’aube.

Aujourd’hui les joyeux musiciens sont remplacés par une bande musicale contant la difficile vie des sardines et autres serviettes virevoltantes. L’obole, quant à elle, donne droit à une rose mais la tradition est sauvé.

Et, à voir les visages réjouis quoique quelques peu fatigués,de la joyeuse troupe, je me pris à croire qu’elle allait perdurer encore longtemps pour le plus grand plaisir des anciens un peu nostalgiques et des plus jeunes pressés de vieillir pour, à leur tour, la faire vivre en la mettant au goût du jour.

Partager cet article

Vous aimerez également