La taille, une phase importante

Chaque intervention de l’homme sur la vigne ou en cave, doit être calculée et mesurée. Elles ont toutes pour but d’accompagner et d’améliorer le raisin puis le vin tout au long de sa vie. Chacune est importante mais il en est une de primordiale : la taille.

Cette action, au combien importante pour nous vigneron, aurait été pratiquée en premier, selon la légende, par un âne.

Première intervention de la campagne, la taille va déterminer le rendement de la parcelle et donc la qualité du millésime à venir. En effet, en fonction du nombre d’yeux (qui donneront naissance aux raisins) nous allons décider de la quantité de grappes que nous voulons avoir en fonction de la parcelle et de la cuvée à laquelle nous la destinons.

Chaque plaie de taille étant une porte ouverte à diverses agressions, il faut que le geste soit particulièrement bien maîtrisé.

C’est un travail qui nous occupe de la chute des feuilles (mi-novembre) au débourrement (mi-mars).

C’est également le moment où le vigneron se ressource, seul, au milieu d’une nature endormie, s’arc-boutant face aux assauts parfois violents d’une Tramontane toujours présente. Moment privilégié qui nous permet d’analyser la campagne passée et d’en tirer les leçons pour la future, nous, qui, en toute inconscience, pensons maîtriser Dame Nature… Belle utopie ! Mais elle sait nous remettre parfois les pieds sur Terre… Si je n’avais qu’un seul souhait à faire, ce serait celui de ne jamais avoir à vous expliquer les affres de son courroux…

Ce métier rend humble !

Partager cet article

Vous aimerez également